HOME

DIGNITY  and  WELL-BEING

Report - evaluation - proposals of  

1st  EXCHANGE  &  INTER-VISION  PROGRAM:   WARSAW  1-2-3 / X / 2015

 concerning interventions & pathways for Homeless with Mental Health Problems

 PROJECT DIGNITY & WB

 1WORKSOP_Warsaw 2/10

 EXCHANGES Warsaw 2/10

 VISIT HPSY  Warsaw 1/10

VISIT MONAR Warsaw 1/10

 PROFILES  2015  D-&-WB

 PARTICIPANTS - Warsaw

PHOTOS  WARSAW  2015

 ACCES HEALTH Services

POVERTY & Mental Health

 INFO - Warsaw 1-2-3 / 10

AGENDA Warsaw 1-2-3/10

 WORKSHOP  guidelines

WOUNDS Visible & Invisible

 PROTOCOL  for  Profiles

 J O I N   U S 

 

2nd workshop
London  10-12/12/2015

3rd workshop
Sofia   26-27/02/2016

XIV European Sem  November 2016

 

 

Home-less   -   Health-less   -   Hope-less
When person have lost everything, there is no more that body for cry and street to get lost   

N.B.: les traductions automatiques de Google nécessitent encore des corrections !  SORRY
 


by Silvia Raimondi  (translation )

Du 1er au 3 octobre à Varsovie, s'est tenu un séminaire intitulée: "Dignité et Bien-être", organisé par SMES EUROPA,  réseau européen constitué en association sans but lucratif, qui œuvre pour les  sans-abri avec des problèmes de santé mentale.

La conférence visait à rassembler des différentes réalités européennes opérant en faveur des sans-abri souffrant de problèmes psychiatriques, pour une discussion sur les «bonnes pratiques», mais aussi et surtout sur des questions plus problématiques relatives à la gestion des situations particulièrement délicates et complexes.

Présent au séminaire les délégués de 9 pays : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne,  France, Grèce,  Italie, Pologne et Portugal.

L’Italie a participé avec la dr. Angela di Prinzio, Directrice des services sociaux de la municipalité de Rome,  Giuseppe Bernetti et  Simone Artero de la coopérative « Il Cigno », tous responsables du service SOS 'Intervention émergences'. Il a participé aussi le Dr. Paolo Realacci, psychiatre et membre du SMES et Jacopo Lascialfari délégué de la Fondation Devoto et moi-même rédactrice de ce rapport, représentante le 'Groupe Intégré pour les personnes sans-abri' coordonné par le Centre de Santé Mentale de la ASL RM/E.

Les délégués on présentés différents 'profils', c'est-à-dire des descriptions de cas, explorés et analysés à travers trois perspectives :

1. Santé mentale (services en Institutions et services du secteur) ;

2. Accueil Social et urgence (centres d’hébergement, dortoirs, cantines, douche...)

3. Logement et  appartements  alternatifs et supervisés (maisons communautaires, housing first..,  habitations solidaires...),  pour enfin essayer de répondre à la question fondamentale : « Comment chacun de ces services, en collaboration entre eux, essayent de répondre aux besoins complexes de ces personnes, en promouvant la dignité et le bien-être de chacun » ?

De l’échange d'expériences, il y a eu des suggestions d'intérêt commun qui seront d’inspiration pour les échanges du prochain atelier à Londres (février 2016), Sofia (mai 2016) et surtout pour la 14ème conférence européenne SMES  et l’audit au Parlement Européen en décembre (?) 2016.

Les sujets qui ont suscité un intérêt particulier ont été:

1. passer de la notion de 'soigner / thérapie' à celui de 'prendre soin / en charge', dans une dimension holistique, dans le sens plus large du terme 'bien-être': physique – psychique - social, dont la santé n'est pas réduite à l'absence de maladie et à la "thérapie" au sens strict ;

2. la nécessité de construire et travailler en réseau: les limites de l'autonomie individuelle et leur organisation mission ont été bien clair pour tous les participants;

3. la possibilité d'avoir des bases de données communes pour les interventions et éviter les doubles emplois, en particulier des organismes bénévoles, avec un gaspillage d’énergie et d'argent;

4. élaboration et programmation de projets "à long terme", qu'au moins dans les points de vue, étant donnés la difficulté de la conformité, un autre élément commun issu des discussions ;

5. la présence participative de professionnels au sein des organisations bénévoles pour assurer l'optimisation des interventions – et  réciproquement …

6. l'établissement de lignes directrices et des protocoles communs et flexibles ;

7. le problème  persistant du manque de documents de ces personnes et la difficulté conséquente d’accès aux ressources et aux services / droits.

Le travail a été effectué dans une atmosphère de coopération et de grand intérêt et avec  le soulagement de se sentir, à la fin de la réunion, moins seuls et plus solidaires dans la recherche active de ce qu’on appelle 'bonnes pratiques', qui, soit dit en passant, ont porté, à la fin de l’atelier, à une imprévue réflexion sur la question du burn out / épuisement  des opérateurs engagés dans si intense et souvent frustrant travail.

 

N.B.: the automatic Google translations need of corrections  SORRY



by Silvia Raimondi   (translation )


From 1 to 3 October in Warsaw, held a seminar entitled "Dignity and Well-being", organized by SMES EUROPA, the European network of non-profit association, which works for the homeless with health problems mental.

The conference aimed to bring together the different European realities operating in favor of homeless people with psychiatric problems, for a discussion on "good practices", but also and especially on the most problematic issues regarding the management of particularly delicate and complex situations .

Present at the seminar delegates from 9 countries: Germany, Belgium, Denmark, France, Greece, Italy, Poland and Portugal.

Italy participated with dr. Angela di Prinzio, Director of Social Services of the Municipality of Rome, Giuseppe and Simone Bernetti Artero of the cooperative "Il Cigno" all responsible for the SOS Service Intervention emergencies'.

He also participated Dr. Paolo Realacci, psychiatrist and member of SMES and Jacopo Lascialfari delegate Devoto Foundation and myself editor of the report, the representative 'Integrated Group for homeless' coordinated by the Health Center Mental ASL RM / E.

Delegates different 'profiles' are presented, that is to say, case descriptions, explored and analyzed through three perspectives:

1.    Mental health (services institutions and services sector);

2.    Home Social & emergency (shelters, dormitories, canteens,
       shower...)

3.    Housing and alternative and supervised apartments (community houses, housing first .., supportive housing ...) to finally try to answer the fundamental question: "How each of these services, in conjunction with each other, trying to meet the complex needs of these people, promoting dignity and well-being of everyone"?


From the exchange of experience, there have been suggestions of common interest that will be of inspiration for the next workshop exchanges in London (February 2016), Sofia (May 2016) and especially for the 14th European Conference and SMES audit at the European Parliament in December (?) 2016.

The topics that have aroused particular interest were:

1. move from the concept of 'treatment / therapy' to that of 'care / support' in a holistic dimension, in the broadest sense of the term 'welfare': physical - psychological - social, including health is not reduced in the absence of disease and "therapy" in the strict sense;

2. the need to build and work on a network: the limits of individual autonomy and mission organization have been clear to all participants;

3. the possibility of having common databases for interventions and avoid duplication, especially voluntary organizations, with a waste of energy and money;

4. project development and programming "long-term", at least in the views, given the difficulty of compliance, another common element from discussions;

5. participatory presence of professionals in voluntary organizations for optimization of interventions - and vice versa ?

6. the establishment of guidelines and common and flexible protocols;

7. the persistent problem of lack of identity documents of such persons and the consequent difficulty of access to resources and services / rights.

The work was done in an atmosphere of cooperation and with great interest and relief to feel at the end of the meeting, less alone and more solidarity in the active search for so-called 'good practice', which , by the way, carried at the end of the workshop, an unexpected reflection on the question of burn out of operators engaged in intense and often frustrating work.

 

by Hector CARDOSO  (version originale)

 

Quatre temps forts :

 

1) Les visites avec des échanges sur le vif.

2) La présentation des « Profils »

3) Les échanges avec les partenaires de Caritas Pologne.

4) Les conclusions et perspectives (CA+AG)

 

Visites:

 

1) Hôpital Psychiatrique (ce sont des pavillons psy)

Nous avons visité et discuté avec le staff médical. Les remarques les plus importantes (à mon avis) ont été sur la question de l’avant (très souvent hospitalisations « d’office ») et de l’après hospitalisation.
Peu de relations fluides et ou de suivi avec les familles, et les services sociaux, surtout l’après Un corps médical remarquable par son implication et la personnalisation de la prise en charge.

2) Hébergement (spécialisé « dépendances ») Un suivi assez global et diversifié selon la personne. Un travail d’équipe « réfléchie » clé de la réussite affiché ; Réponses à la carte, avec une réadaptation à la vie « normale »dosée. Par rapport aux paramètres français, j’étais très étonné de la fluidité vers l’emploi et le logement.

Profils

Mise à part un ou deux exposants qui ont parlé plus de leur service que des personnes, ce fut le moment et cela dans les quatre ateliers le plus intense de la session. Intense, notamment, par l’implication humaine dans l’analyse et recherche des solutions, intense par sa richesse.

Ce sont de moments comme celui des ateliers, que le SMES trouve toute sa légitimité. Nous sommes face à des exposés où à la fois on découvre : une situation, la législation d’un autre pays, les dispositifs existants (l’opportunité de s’en servir), le rôle des institutions (personnes salariés ou bénévoles) et l’incessante question des recherches des solutions. Solutions très souvent « artisanales »qui au fur et à mesure font jurisprudence (sociale et ou médicale).

Partenaires polonais

Le réseau avait trouvé les échanges et les ateliers enrichissants plein d’enseignements. Réseau soucieux des ressortissants polonais à l’étranger. Nous avons eu droit à un échange en direct (SKIPE) avec Londres. CA-AG Nous avons fait un gros travail de réflexion sur les exposés de la veille dans les ateliers.

Deux groupes de thèmes sont à distinguer. Ceux d’ordre organisationnel et de fonctionnement et ceux qui sont le cœur de nos métiers d’intervenants du médical et du social.

1) Thèmes - Suivi thématique. Sur le fond il y eu des échanges sur: 
La Dignité : un droit ?
Avoir accès à un droit ?
On peut garder sa dignité à la rue ?
Dans chaque culture (ou pays) il y a des différences (c’est comme la justice…)
A veiller : La coordination du travail : entre services (la confiance / recommandations)
Le soin et le traitement.
Le traitement dans « l’aller vers »
La procédure et le respect.

La planification à long terme (suivis à rebonds) Travailleurs « paires »

Veiller à faciliter la réalisation des activités pour arriver à « la solution » que proposer « la solution » elle-même. Les profils de « grands marginaux » ou les cas « très lourds » sont semblables d’un pays à l’autre. Pas seulement par leur « pathologie » sinon par les carences de prise en charge très en deçà du besoin.

2) Organisation et projections Donner du sens DDHH : « comme on ne peut pas mesurer le « bienêtre » donc on abandonne … »nous avons exposé des profils comment on passe à l’action ? Le Net ? Le secret professionnel ? L’avis du bénéficiaire ?

Choisir des thèmes » des exposés et les travailler en petit groupes, par sujet, aller à Londres avec des avancements. Produire des films des documents. Sur la question de faire du plaidoyer avec nos constats, un débat a eu lieu avec la représentante de la Grèce à propos de la FEANTSA qui fait du plaidoyer. Luigi dit qu’il y a des contacts formels avec FEANTSA et la Caritas Europe.
Nous avons peu parlé des « politiques nationales et européennes.

Traductions. C’est lourd et nous perdons beaucoup de temps à l’oral comme à l’écrit. Comment faire profiter d’autres personnes des échanges dans chaque pays ? Les intervenants n’ont pas forcément les moyens de le faire. Nous avons aussi approuvé les comptes, voté à l »unanimité l’entré au CA d’Elias de Portugal.

Nous avons décidé qu’a la prochaine rencontre il sera en petit comité CA plus membres de l’AG de Varsovie plus des londoniens. 20/30 personnes pour pouvoir optimiser les échanges.
Varsovie c’est fut le lancement (l’étude des cas) d’une réflexion à approfondir à Londres d’abord avec d’autres participants (consultants), ensuite à Sofia, pour finir avec une grande conférence à Bruxelles. J’ai annoncé la présence d’Armelle et Lola à Londres, en tant que Caritas France dans la perspective d’une collaboration plus développée que l’existante.

Héctor Cardoso-Rodriguez

 

by Hector CARDOSO (translation )

 

Four highlights

 

(1) visits with exchanges on the spot.

(2) the presentation of the "profiles".

(3) trade with partners Caritas Poland.

(4) the conclusions and perspectives (CA + AG)

 

Visits

 

1) Hospital psychiatric (these are pavilions psy)

We visited and discussed with the medical staff. The most important remarks (in my opinion) have been on the issue of the front (very often hospitalization ' the office') and the after hospitalization.
Little fluid relationships and or follow-up with families, and social services, especially the after A remarkable medical body by his involvement and support customization.

2) Shelter (specialized 'addictions') Tracked fairly comprehensive and diversified according to the person. Teamwork "thoughtful" success displayed; Responses to the map, with a rehabilitation to dosed 'normal' life. Compared with french settings, I was very surprised of fluidity to the employment and housing.

Profiles

Set aside one or two exhibitors who spoke more of their service people, this was the time and do this in the four most intense workshops of the session. Intense, inter alia, by human involvement in the analysis and search for solutions, intense by its wealth.

These are moments such as workshops, that the SMES found its legitimacy. We have presentations where both on view: a situation, the law of another country, existing devices (the opportunity to use), the role of institutions (persons employed or volunteers) and the incessant question of solutions research. Solutions very often 'craft' who as and jurisprudence (social and or medical).


Polish partners

The network had found the exchanges and rewarding workshops full of lessons. Conscious network of Polish nationals abroad. We were treated to a live Exchange (SKIPE) with London. CA - AG We have a big job to reflect on the presentations of the previous day in the workshops.

Two groups of themes are indistinguishable. Those organizational and operation and those who are the heart of our stakeholders medical and social professions.

1) Themes - Thematic monitoring. On bottom it y eu discussions on The dignity: a right?
Have access to a right?
Can keep his dignity in the street?
In each culture (or country) there are differences (it's like justice...)
Ensure: the coordination of work: between services (trust / recommendations)
The care and treatment.
Treatment in "go to".
The procedure and respect.


Long term (followed by rebounds) planning Workers 'pairs '.

To facilitate the achievement of activities to reach 'the solution' ensure that propose 'the solution' itself.
Profiles of "great marginals" or "very heavy" cases are similar from one country to another. Not only by their "Pathology" otherwise by the shortcomings of support far short of the need.

2) Organization and projections Give the meaning DDHH: "as it is impossible to measure the"welfare"so abandoned...".
"We exposed profiles how to move to action?  The Net? 
Professional secrecy?  The opinion of the beneficiary?

Choose themes» lectures and work them in small groups, by topic, go to London with advancements. Produce films of the documents. On the issue of making the advocacy with our findings, a debate was held with the representative of the Greece about FEANTSA making the plea. Luigi said formal contacts with FEANTSA and Caritas Europe. We talked a little 'national and European policies.

Translations . It is heavy and we lose a lot of time in oral and in writing. How to enjoy other people's exchanges in each country? Stakeholders may not have the means to do so. We also approved accounts, voted at l' unanimity the entered to the CA of Elias of Portugal.
 

We decided that a next meeting it will be in small Committee CA more members of the Warsaw  AG more Londoners.
20/30 people to be able to optimize exchanges.
Warsaw it was (the case study) launch of a reflection to deepen in London first with other participants (consultants), then in Sofia, ending with a major conference in Brussels. I announced the presence of Armelle and Lola to London as Caritas France from the perspective of a more developed than the existing collaboration.

Héctor Cardoso-Rodríguez


Évaluation de l'atelier                            
par Elias Baretto (translation )

 

Pour moi, c'était une très bonne expérience pour écouter les profils et les collègues des différents pays.

J'ai senti que les profils fournis un langage commun que nous tous compris. Après tout, les cas et les problèmes que nous rencontrons sont similaires et familier pour nous tous.

Qu'était pas quelque chose que nous avions necessariliy prédire parce qu'il y a beaucoup de différences dans la culture, de pratiques institutionnelles, mais aussi social et économique moyen disponible pour travailler avec des sans-abri dans les différents pays.

Tout en écoutant les profils, il est devenu clair que nous sommes confrontés les mêmes difficultés et les défis.


Alors, peut-être nous pouvons aussi apprendre des uns des autres, écouter les solutions trouvées pour résoudre les problèmes complexes que rencontrent les sans-abri.
 

Une suggestion pour un futur atelier serait de se concentrer sur les bonnes pratiques et les solutions innovantes que nous pouvons trouver dans nos pays dans la façon de travailler avec les sans-abri, afin que nous pouvons apprendre avec eux.

Peut-être avec un accent particulier sur les moyens de rassembler et de coordonner les différents services que traditionnellement ne communiquent pas entre eux (ex : santé / social services ; sensibilisation des équipes/hôpital ; logement /chances, etc..)


par Elias Baretto

 


Evaluation of workshop.              
par Elias Baretto  (original version )

 

For me, it was a very good experience to listen to the profiles and colleagues of different countries.

I felt that the profiles provided a common language that all of us understood. After all, the cases and the problems we face are similar and familiar to all of us.

That was not something that we would necessarily predict because there are many differences in culture, institutional practices as well as social and economic means available to work with homeless in the various countries.

While listening to the profiles it became clear that we face the same difficulties and challenges.

So, perhaps we can also learn from each other, listening to the solutions  found to solve the complex problems that homeless face.


One suggestion for a future workshop would be to focus on the good practices and innovative solutions that we can find in our countries in the way to work with homeless, so that we can learn with each other.

Maybe with a special focus on ways to bring together and coordinate  different services that traditionally don’t communicate with each other (ex: health/ social services;  outreach teams/hospital; housing /employment, etc.)

by Elias Baretto

 

 

Preben Brandt   (translation )

 

Certains courtes réflexions après le séminaire SMES : 'Dignité et Bien-être' à Varsovie du 1er au 3 octobre à Varsovie.


Le séminaire comptait quelques après-midi de visite la première institution et un atelier d'une journée le lendemain. Le jour de l'atelier a été divisé par thèmes en quatre unités. Quatre thèmes ont été :

  1. Les établissements de santé : hôpital / psychiatrique générale & urgence

  2. Hébergement d'urgence (abris)

  3. Logement avec support et supervision

  4. Rue - aller à la rencontre

Dans chaque partie, certains cas ont été présentés.

Les études de cas ont souligné ces deux situation : rester long terme dans les institutions sans droit et possibilité d'autodétermination comme un long séjour dans la rue à elle seule, priver les individus sans-abri souffrant de maladie mentale de la dignité comme du bien-être.

Y en a pas des pays représentés, où la désinstitutionalisation était à l'ordre du jour. Mais il y a des différences significatives dans quelle mesure ils étaient venus.

Il n'y avait aucun des pays représentés, il y n'avait pas des recherchés équipes de sensibilisation. Et aussi ce que cette préoccupation il y avait une différence d'échelle et d'expérience. Le genre de gamme d'organisation de bénévoles sans beaucoup de puissance d'agir au public les équipes avec des responsabilités de l'autorité.

Dans ces deux domaines de deux, il semble y avoir consensus sur la façon de travailler sur la poursuite de la désinstitutionnalisation et mise en place des équipes de sensibilisation professionnelle.

Autour de sensibilisation travaux ont montré les études qu'il y a des différences significatives dans les conditions et le cadre de la sensibilisation sociale et de santé travail. Le système législatif, les structures municipales, les traditions culturelles et sociales dans chaque pays créent de nombreuses possibilités et limitations afin d'effectuer des interventions cohérentes.

Il en va de même pour les possibilités d'apporter une aide grâce à des abris d'urgence et d'appliquer une stratégie de premier logement qualifiés. Largement socialpolitics, des socialpolicy et des traditions donne totalement différente des situations différentes. Différences aussi il est difficile d'utiliser une mutuelle ouverte entre pays sur les meilleures pratiques d'apprentissage.

En revanche, il semble que la stigmation et l'exclusion de collectivités prospèrent partout malgré les différences culturelles.

Logement, combiné avec l'appui peut sembler être les bonnes occasions pour réduire la souffrance (et le nombre) des sans-abri avec la maladie mentale, mais aussi les solutions réalisables dures. Aussi, parce que ce n'est pas juste le programmes de logements standard et la prise en charge par défaut nous devons tendre vers, mais un éventail de logements différents types associée à une gamme de soutien approprié.

Personnes sans-abri souffrant de maladie mentale n'est pas, ce qui a été confirmé par le biais de la réforme, un groupe homogène mais des individus avec leur propre personnalité et leurs propres désirs et attentes. Aussi quand on parle de la dignité et le bien-être.

Pour les prochains séminaires à cet effet je  pense important de se concentrer sur les bonnes pratiques dans le domaine  de "l'aller à la rencontre / outreach" et sur les différentes alternatives de l'habitation / logement.

 

 

Preben Brandt   (original version )

 

Some short reflections after the SMES’ seminar "Dignity and well-being" in Warsaw from 1 to 3 October in Warsaw.

 

The seminar consisted of some institution visit the first afternoon and a full-day workshop the following day. The Workshop day was divided thematically into four units. The four themes were:

  1. Health institutions: Hospital / General Psychiatric & Emergency 

  2. Emergency Accommodation (shelters)

  3. Housing with support & supervision 

  4. Street - Outreach

In each part some cases were presented.

The case-studies did point out that both long-term stays in institutions without the right and opportunity for self-determination as a lengthy stay on the street left to itself, deprives the individual homeless people with mental illness from dignity as well-being.

There was none of the countries represented, where deinstitutionalization was on the agenda. But there were significant differences in how far they had come.

There was none of the countries represented, there had not establihed outreach teams. And also what this concern there was some difference in scale and experience. The kind of organization range from volunteers without much power to act to public teams with some authority responsibility.


In both these two areas, there seems to be consensus on how to work on the continued deinstitutionalization and building up professional outreach teams.

Around outreach work showed the casestudies that there are significant differences in the conditions and the context of outreach social and healt work. The legislative system, the municipal structures, the cultural and social traditions in each country create many different opportunities and limitations in order to perform coherent interventions.

The same applies to the possibilities to provide help through emergency shelter and implementing a qualified housing first strategy. Widely different socialpolitics, socialpolicy and traditions gives totally different situations. Differences also makes it difficult to use an open mutual learning between countries on best practices.

By contrast, it appears that stigmation and exclusion from communities thrive everywhere despite cultural differences.


Housing combined with support may seem to be the good opportunities for reducing the suffering (and the number) of homeless people with mental illness, but also the hard realizable solutions. Also, because it is not just the standard housing schemes and default support we must strive towards, but a range of different housing types combined with a range of relevant support.


Homeless people with mental illness is not, what was confirmed through the casestudies, a homogeneous group but individuals with their own personality and their own wishes and expectations. Also when talking about dignity and well-being.

For the coming seminars i therefor find it most worth full to concern about good practice in outreach work and housing opportunities.

 

Rappel au sujet de
«Dignité et Bien-être»

Les personnes sans-abri, en situation de grave et chronique précarité sociale, physique et psychique sont un symptôme du malaise de notre civilisation / société et une atteinte permanente à la démocratie et à la cohésion sociale. Ils sont presque une provocation et défi pour ceux qui travaillent dans ce secteur et pour ceux qui devraient être responsables de la cause publique, de la polis, des plus faibles.

SMES-Europa, suite à cette situation qui s'aggrave de plus en plus, propose le projet transnational  "Dignité et Bien-être", pour favoriser les échanges d'expériences et de connaissances dans le domaine de la grande précarité et de  la maladie mentale , afin de promouvoir des réponses adéquates, efficaces et cohérentes, qui garantissent la dignité et le bien-être de la personne en promouvant  et en  facilitant l'accès au droit fondamental et aux services aux citoyens de base.

Objet général du projet 'dignité & bien-être':

·   Rencontrer,   écouter et comprendre d'une manière approfondie la voix des personnes  devenues  sans-voix parce que sans-identité, sans-maison, sans-santé, sans-espoir ... et exclus.

·   Évaluer les causes et facteurs de cette privation et les raisons qui expliqueraient pourquoi certains personnes préférent la vie à la rue ou dans des centres d'urgence, malgré reçoivent plus adéquates propositions d'aide,

·   Identifier des pratiques innovantes et projets cohérents ;

·   Recommander des priorités dans la politique socio-sanitaire

Les ateliers , 1er à Varsovie - 2e de Londres - 3e à Sofia va attirer l'attention sur la relation et l'interaction entre chaque sans-abri individuels et les Services qui sont fournisseurs services et interventions dans les domaines sociaux et de santé :

·   Services de santé mentale dans les Institutions et dans la communauté ;

·   Centres d'hebergements, drop inn centres ; dispensaires...

·  Logements monitorés logement communautaire; appartements solidaires, housing  first...

·   Outreach team : santé et social / unités mobiles tant des service sociaux que des services de santé/santé mentale.

 

Comment ces services assurent la promotion de dignité et le bien-être

  • aucune dignité , sans droits,

  • pas de droits sans accès aux droits,

  • pas de santé sans la santé mentale,

  • pas de Santé mentale, s

Reminder about
"Dignity & Well-being"

Homeless living in severe & chronic social, physical, psychical precariousness are a symptom of the malaise of our civilization / society today and a permanent injury of democracy and social cohesion. They are almost a provocation and challenge both for those who are working in this sector and for those who should be responsible of the polis / citizens.

SMES-Europa, following these findings, propose  Dignity & Well-being', as a transnational project promoting exchanges of experience and knowledge in the field of  extreme poverty  and  mental illness , in order to promote adequate, effective and coherent answers, ensuring for each person dignity and well-being  and promoting and facilitating the access to fundamental right and to basic citizen services.

 

General object of 'Dignity & Well-being project' is to

  • Meet,  listen and  understand deepest, the voice of people who has become voice-less because identity-less,  home-less,  health-less,  hope-less… and excluded.

  • Evaluate the causes & factors of this deprivation and the reasons explain why they seems to prefer
    life in the street or in a emergency centers, despite more adequate proposal of aid,

  • Identify some innovative practices and coherent projects ;

  • Recommend some priorities in social & health policy.

The workshops,  1st in Warsaw  -  2nd  in London   -  3rd  In Sofia   will focus attention on relation and interaction between each individual homeless  and  the Services which are providers services & interventions in social & health fields :  

  • Mental health services in Institutions  and  in Community; 

  • Emergency shelters, drop inn centres; dispensaries ....

  • Supported housing; community housing; solidarity apartments... 

  • Outreach team : social & health / mental health mobil units

How these services insure the promotion of their  'Dignity & Well-being' ?

  • no DIGNITY without rights,  

  • no RIGHTS without access to rights ,

  • no HEALTH without mental health ,

  • no MENTAL HEALTH, without well-being .

 

 

   

To overcome poverty is not a gesture of charity.
It is about an act of justice.  It is the protection of a fundamental human right, 
 the right to  dignity  and a decent life.    
(Nelson Mandela)